SUICIDE ACTION MONTRÉAL EST À BOUT DE SOUFFLE. LE TEMPS PRESSE!

En ce moment, Suicide Action Montréal se retrouve en situation précaire : réorganisation du réseau de la santé et des services sociaux, aucune révision du financement de la part du CIUSSS, augmentation constante de la demande de nos services; toute cette équation affecte gravement notre financement.

Pendant ce temps, 4 personnes s’enlèvent la vie chaque semaine à Montréal.

Nous risquons de devoir couper dans les heures déjà réduites de nos intervenants formateurs. Pour maintenir notre éventail actuel de services et leur qualité, il nous faut absolument amasser 200 000 $ en dons d’ici au 31 mars.

Depuis 32 ans, Suicide Action Montréal est présent au bout du fil 24 heures sur 24 pour les personnes en détresse, leurs proches et les personnes endeuillées. Avec nos 30 000 interventions téléphoniques par année qui ont contribué à faire baisser le nombre de suicides au Québec, il est impensable qu’on ne puisse plus continuer de répondre à l’appel et d’offrir tous nos services essentiels de prévention et d’intervention… Plus que jamais, nous avons besoin de vous.

Aidez-nous à prévenir des morts évitables en poursuivant la conversation.

Objectif
200 000$ avant le 31 mars 2016

Car chaque don à Suicide Action Montréal est le début d’une nouvelle promesse de vie…

Réalisation/montage : Vincent Lebègue

Plus qu’une ligne

SAM, c’est beaucoup plus qu’une ligne d’intervention en prévention du suicide disponible 24/7, confidentielle, gratuite et bilingue.

C’est aussi des services de suivi auprès des personnes à haut risque et auprès des proches, des rencontres d’information et des groupes de soutien pour les personnes endeuillées, de la formation en milieu communautaire, scolaire ou professionnel, et des services de postvention en milieu organisationnel.

« Chez SAM, chaque intervention est le début d’une nouvelle promesse de vie. »

L’histoire de Marie

« Suicide Action Montréal m’a sauvé la vie. Je ne sais plus comment j’ai trouvé leur numéro. L’important, c’est que quelqu’un a répondu…

Il était tard le soir. Je pleurais à gros sanglots. Je me suis excusée plusieurs fois de les déranger. Tellement toute croche, tellement toute malade dans mon cœur.

Au bout du fil, un bénévole m’a encouragée à parler. Il m’a posé plusieurs questions. Il m’a écoutée patiemment, et je n’ai jamais senti dans sa voix le besoin de passer à un autre appel. Il ne me laisserait pas tant que je n’irais pas mieux. Quand j’ai raccroché, j’allais mieux. Tout n’était pas réglé, mais j’avais une autre perspective sur ma situation. »

Marie, une appelante

CHEZ SAM, LES PROMESSES DE VIE, C’EST CELLES QU’ON PRÉFÈRE…
On les entend chaque fois qu’au bout du fil, une personne en détresse accepte de poser un geste qui la raccrochera un peu plus à la vie, que ce soit prendre une douche, appeler un ami, manger quelque chose ou défaire la corde qui est installée.

4 chaque semaine

Cause de mortalité plus importante que les accidents de la route, première cause de décès chez les moins de 40 ans, le suicide touche davantage les hommes, encore aujourd’hui.

Au Québec, 3 personnes s’enlèvent la vie chaque jour, alors qu’à Montréal seulement, c’est 4 chaque semaine. Même si la baisse du taux de suicide amorcée au début des années 2000 se poursuit, c’est quand même beaucoup trop.

Toutes les morts par suicide sont des morts évitables, si on assure aux personnes en détresse l’accès à des services de qualité.

« Chez SAM, nous croyons qu’en chaque personne qui souffre,
il existe toujours une partie qui veut vivre. Et nous la croyons sur parole. »